Petite Escapade - Tour du Mondehttp://chez.emba.free.fr
Et aussi... > Le Coin des Voyageurs
 
Qui, Pourquoi et Comment
 
   • Nous deux
   • Avant le départ
   • Keep your eyes open !
 
 
Le Carnet de Route
 
   • Au jour le jour
   • Photographies
   • Histoires extraordinaires
 
 
Et aussi...
 
   • Le Coin des Voyageurs
   • Les Prises de Tête de M.
   • "Bibliographie"
 
Dans le sac à dos
Le 22/06/07

Considérations générales

L’idée, c’est vraiment de prendre le minimum nécessaire. Il faut se dire que l’on pourra souvent acheter des choses plus tard dans les autres pays, surtout les vêtements, et pour moins chers. Moins le sac est lourd, plus c’est pratique et plus, psychologiquement, on se sent libre. Cela dit, on en avait bien pour 15 et 17 kilos respectivement chacun. Les vêtements que vous prenez en partant, si vous ne les perdez pas, seront sans doute immettables en revenant. Alors, ne prenez pas forcément vos vêtements qui vous sont les plus précieux !

Au départ

VÊTEMENTS

-  veste en goretex : léger, étanche, coupe-vent et (un peu) respirant, quoi de mieux ? Certes un peu cher, peut-être remplacé par un poncho en plastique. Ça ne nous a pas trop servi, mais c’était bien pratique quand c’était nécessaire.

-  chaussures de marche montantes non-goretex pour Magali et des chaussures de « trail » basses respirantes non-goretex : pour ne pas avoir trop chaud et qu’elles sèchent plus vite une fois mouillées. Parfois, on aurait préféré de vraies chaussures étanches, m’enfin.

-  sandales : Pratique quand il fait chaud et facile à enfiler.

-  3 t-shirts ou chemises à manches courtes et longues : tous perdus ou abîmés et remplacés en cours de route. Les manches longues sont utiles contre les coups de soleil et les moustiques... et pour la pudeur dans certains pays (surtout Yémen et Inde).

-  une jupe longue pour les filles : très utile dans les pays chauds où il faut se couvrir les extrémités indécentes.

-  un T-shirt technique à manche longue : très utile en rando, vraiment. Moins de sueur, sèche vite.

-  une petite polaire noire : la couche chaude... La couleur aide bien en montagne parce que le moindre rayon de soleil est capté. L’habit que nous avons peut-être porté presque tous les jours, au moins une fois par jour.

-  un pantalon de marche technique : léger et sèche vite par rapport à un jeans. Mais pas forcement esthétique en ville... La couleur sombre permet de cacher les taches.

-  une serviette 60x40 ultra-séchante : bon c’est bien on ne peut pas nier, mais ça sèche moins bien et moins vite qu’une serviette de piscine, plus petite, mais ultra efficace. C’est d’ailleurs ce qu’on a racheté une fois que nos deux serviettes ultra-séchantes ont été perdues.

-  un maillot de bain : évidemment ! Pour Magali, noir type piscine, pas très sexy, mais bien quand on commence par les plages du Yémen... bon l’avantage, c’est que ça sèche vite.

-  un « Damart » manche courte ou longue : indispensable. Léger, mais bien chaud dès qu’il fait un tout petit peu froid... Magali vient de le perdre et elle est désespérée !

-  un bonnet : bien utile dans la montagne. Parfois même dans la nuit quand il gèle dehors et dedans.

-  paires de chaussettes : En nombre suffisant en fonction de votre flemme à faire la lessive vous-mêmes dans le lavabo...
-  idem pour les autres sous-vêtements !

DIVERS

-  un petit sac 20 litres : prévoir solide, on en est au deuxième chacun.

-  un tapis de sol, un duvet et un sac à viande : le trio de base pour tous ceux qui envisagent de dormir dans des gares, des refuges ou tout simplement certaines chambres « limites ». En fait, on a utilisé le sac à viande quand la literie n’était pas très propre ou qu’il n’y a pas de drap (souvent au Yémen). Le duvet quand il faisait froid et que les couvertures ne suffisent pas (l’Himalaya en Inde, les Andes en Amérique latine). Le tapis de sol pour s’étendre un peu n’importe où. Le duvet et le tapis de sol, on peut servi, mais bien quand il a fallu.

-  un tapis de sol gonflable mais qui s’arrête aux genoux : la longueur compense le surpoids par rapport à un tapis de sol de base et vraiment l’efficacité est au rendez-vous !

-  une couverture de survie plastifiée : très utile dans un refuge de montagne au Japon... Et psychologiquement, mais j’imagine qu’on peut s’en passer !

-  une pochette plastifiée pour conserver les documents importants ou juste les papiers dans un sac à dos où tout, vraiment tout se froisse.

-  un lecteur MP3 : alors là je ne sais pas vous dire : tout le monde m’a dit que c’était indispensable avant de partir... mais je ne l’ai presque jamais écouté... peut être est ce parce qu’on voyage à deux ?

-  carnet de voyage et stylos et un mini petit dictionnaire d’espagnol : indispensable en Amérique du Sud dans mon cas !

-  une lampe de poche : une petite, utile dans les transports, les endroits reculés (pas d’électricité), les grottes et pour lire la nuit sans déranger l’autre. :)

-  un convertisseur de prise : indispensable. Sans doute difficile à trouver dans de nombreux pays.

-  des piles rechargeables et un chargeur de piles : indispensable pour tout ce qui marche à piles (appareil photo, mp3, lampe de poche).

-  des lunettes de soleil de vue et des lunettes de vue : prendre la version ANTI RAYURE !! Mais même avec, ça raye quand même... Peut-être, prendre un petit tournevis pour resserrer tout ça de temps en temps.

-  un téléphone portable : prendre la version qui marche dans tous les pays (attention notamment, USA, Japon...), pas comme nous. Rassurant pour nous et pour la famille.

-  le couteau multifonction : très utile. Couper un fruit, ouvrir une bouteille de vin ou décapsuler sa bière.

DIVERS « un pour deux »

-  une trousse à pharmacie (voir article "santé" dans la même rubrique).

-  un appareil photo numérique et sacoche appareil photo et deux cartes mémoire de taille suffisante : prendre un bon appareil, mais pas trop voyant de préférence. Notre bridge en Amérique du Sud l’est trop à mon goût et sûrement à celui des pickpockets.

-  des sacs plastiques ou poubelles : vraiment ça sert à tout, tout le temps. À trier le linge sale, à recouvrir les sacs en moto, à ranger les chaussures mouillées dans le sac à dos, etc. Mais, ça se trouve rapidement sur place...

-  une cordelette : sert surtout à étendre le linge dans la chambre...

-  une casquette : utile, mais vraiment on a l’air d’un gringo à 100 % avec... On s’est peu couvert la tête, et ce n’est pas bien.

-  une boussole/miroir : utile pour toutes les randos. Mais quasiment jamais servi, plus rapide en jetant un œil au soleil, ou mieux, en demandant aux gens de passage.

-  un sifflet : bon, ça, c’est théoriquement utile comme signal d’alerte en montagne, mais en 9 mois de voyage, on ne s’en est jamais servi.

-  un nécessaire à couture et des épingles à nourrice : indispensable.

-  un cadenas à combinaisons : assez utile dans les bus de nuit.

-  au moins une bougie et un briquet (au moins) : très utile dans tous les pays où les coupures d’électricité sont ultras fréquentes. Type Yémen, Inde, etc. Le briquet rentre rarement dans un avion.

-  une montre : de préférence waterproof, avec réveil ! Mais pas trop voyante. Et facilement réglable pour les changements d’heure.

-  des balles de jonglage : honnêtement, si vous ne jonglez pas à la maison, ne vous imaginez pas que vous allez vous y mettre autour du monde. On les a renvoyés au bout de 6 mois : c’est lourd, ces petites histoires. Par contre un harmonica, ça aurait été sympa.

-  des bouchons d’oreille : nécessaire. Prendre la boite de 20 (on les perd facilement). On en a besoin tout le temps, et il y a plein de pays où le concept même est inconnu...

-  une moustiquaire : oui, bon. Partout où il y en a besoin, les hôtels en proposent. On ne l’a jamais utilisée, et on a même fini par la renvoyer avec les balles de jonglage...

-  pochette / banane antivol : pas très utile en Asie. Mais nous nous en servons maintenant en Amérique latine, où les vols sont plus fréquents...

CE QU’ON N’A PAS PRIS

-  une gourde : une bouteille en plastique fait l’affaire ! De toute façon, dans la plupart des pays l’eau du robinet n’est pas potable, donc on trouve facilement des bouteilles d’eau...

-  des jumelles : cela aurait pu être sympa dans la nature. Mais un gros poids supplémentaire pour le peu d’utilisation, avec le risque de les casser.

-  des parapluies : nous n’avons pas eu beaucoup de pluie, donc pas nécessaire. Par contre, on en a achetés / trouvés au Japon. Ils ont été cassés / perdus en quelques semaines...

après quelques mois

VÊTEMENTS MAGALI

-  un jean de base : malgré le poids, dans les villes il n’y a rien de mieux pour se fondre dans la foule.

-  un pantalon indien ultra large et ultra léger capable d’absorber toutes les variations de poids et de me faire sentir presque à la maison les jours de bus et de déprime.

-  une mini-jupe noire, et une petite robe ajustée beige et rose à 5 dollars : il faut arrêter avec le look backpacker de temps en temps, non, mais vraiment, on part un an quand même !

-  une paire de claquettes pour remplacer mes sandales de marche volées : mauvais choix. Mis à part à la plage et avec mes tenues de sortie, ça ne remplace pas les sandales.

-  un bikini : oui, là, j’ai peut être abusé, mais à Hawaï le maillot de bain de piscine noir, ce n’est vraiment pas possible !

DIVERS

-  un palm ou un PDA : très utile pour écrire des articles pour votre site web et planifier vos trajets dans un pays où l’internet est bien trop cher pour y écrire les romans dont j’abreuve ce site.



Réalisé avec SPIP - article.html